En Suisse, le nombre de patients atteints de SEP augmente. Dans les années 1990, on comptait environ 10 000 personnes touchées par la SEP.1 Aujourd’hui, on suppose déjà qu’environ 15 000 personnes sont atteintes par la SEP.2 Même en Allemagne, le nombre de personnes touchées par la sclérose en plaques a doublé au cours des quatre dernières décennies.3 On compte toujours plus de personnes affectées dans d’autres régions du monde. Par exemple, le nombre des patients atteints de SEP au Japon a été multiplié par quatre depuis les années 1980.4 De manière générale, on constate toujours plus de cas de sclérose en plaques, tout particulièrement dans les pays industrialisés.5 Et les femmes en constituent la plus grande proportion. Mais comment expliquer cette hausse?

L’amélioration des possibilités de diagnostic contribue à l’identification d’un nombre toujours plus important de personnes affectées.4 Mais d’après les experts, cette avancée ne suffit pas à expliquer cette explosion.4 Les chercheurs s’efforcent donc de déterminer les causes de la maladie caractérisée par la survenue de poussées.

Facteurs de déclenchement de la SEP: à la recherche des causes de la SEP

Une chose est sûre: la sclérose en plaques se caractérise par une attaque du système immunitaire dirigée contre les structures du système nerveux central.6 Les raisons exactes de ce phénomène n’ont jusqu’ici pas encore pu être élucidées. Il a néanmoins été démontré que le patrimoine génétique, l’environnement et des facteurs liés au style de vie peuvent influencer le système immunitaire de telle manière qu’il ne puisse plus distinguer les propres structures de structures étrangères. La sclérose en plaques n’est donc pas due à une seule cause, mais a plusieurs origines.7 

Recherche sur les causes de la SEP: la sclérose en plaques et la génétique

Les scientifiques ont entretemps identifié plus de 200 gènes sensibilisant leurs porteurs à la SEP.8 Certains d’entre eux sont en rapport avec des mécanismes épigénétiques à l’origine de la régulation de l’activité des gènes.9 Ces mêmes mécanismes sont programmés tout au long de la vie par des influences extérieures. La survenue de la SEP exige donc plus que la présence de certains gènes.9

Facteurs de déclenchement de la SEP: facteurs environnementaux favorisant la SEP

Les chercheurs ont découvert que la lumière du soleil, l’alimentation et les normes d’hygiène exercent très probablement une influence sur la survenue de la sclérose en plaques.7 Les personnes vivant dans des régions connaissant un fort ensoleillement contractent plus rarement la sclérose en plaques. C’est pourquoi on compte bien plus de patients atteints de SEP dans le Nord de l’Europe et de l’Amérique que dans le Sud.10 Des scientifiques ont de plus découvert l’existence d’un rapport entre l’ensoleillement et le nombre de poussées – plus le rayonnement UV naturel étant élevé et plus la probabilité de la survenue de poussées étant faible.11, 12 

L’alimentation et l’hygiène ont eux aussi une influence sur le système immunitaire. De strictes règles d’hygiène compliquent par exemple la distinction que le système immunitaire opère entre les substances propres à l’organisme et les substances étrangères. Des normes d’hygiène élevées favorisent donc la survenue de la SEP, mais cela ne signifie néanmoins pas qu’une personne qui fait régulièrement le ménage contractera obligatoirement la SEP. L’alimentation exerce aussi une influence sur le système immunitaire. Il s’est ainsi avéré que les personnes ayant adopté un régime alimentaire déséquilibré (non varié, riche en lipides, trop de sucres) sont exposées à un risque plus élevé de souffrir de SEP.7    

Outre l’ensoleillement, l’alimentation et l’hygiène, d’autres facteurs de risque de survenue de la SEP font aussi l’objet de recherches. On soupçonne notamment:13

Jeune, féminine, touchée par la SEP

Dans le cadre de la recherche des causes de la sclérose en plaques, les chercheurs espèrent aussi déterminer la raison pour laquelle les femmes ont près de quatre fois plus de chance de contracter la SEP que les hommes. Les analyses menées jusqu’à présent ont permis de constater la présence plus fréquente d’une certaine molécule protéique chez les femmes atteintes de SEP par rapport aux hommes.14 Cette molécule est vraisemblablement responsable de la pénétration de cellules pro-inflammatoires du système immunitaire dans le système nerveux central.14 

Les scientifiques n’ont jusqu’à présent pas été en mesure de clarifier les raisons pour lesquelles les femmes atteintes de SEP présentent de plus grandes quantités de molécule protéique. Des études cliniques visant à répondre à cette question sont prévues pour les années à venir.14 

${open ? "Masquer la note de bas de page" : "Afficher la note de bas de page"}