Le tableau clinique de la SEP n’affecte certes pas directement la psyché, mais il influence néanmoins le bien-être psychologique. Les nombreux et différents symptômes, comme l’altération des capacités cognitives, mais aussi l’incertitude quant à l’évolution de la maladie, peuvent alors entraîner un stress psychologique. Tu en as peut-être toi-même déjà été victime.

Pour les personnes atteintes de SEP, il est souvent difficile de faire face à leurs sentiments et à la situation ainsi que de les maîtriser seules. Elles ont souvent besoin d’aide lorsque l’équilibre psychique est bouleversé par la sclérose en plaques et que des troubles psychiques surviennent.1

Apprivoiser progressivement la SEP

Tu te rappelles peut-être encore du jour de ton diagnostic et de la manière dont tu t’es alors senti(e). De nombreux patients atteints de SEP passent par les phases de deuil au début de leur maladie.2 Ils se trouvent donc dans un premier temps dans un état de choc avant de passer à une phase de déni au cours de laquelle ils ne veulent pas admettre le diagnostic de la sclérose en plaques. Les patients affrontent alors doutes, détresse et impuissance.2, 3

Il s’ensuit dans la plupart des cas une explosion des émotions et un véritable chaos émotionnel. Les sentiments comme la peine, la douleur, la colère, la rage et la peur alternent et imprègnent le quotidien. À la fin, les personnes affectées en viennent alors à imaginer les manières dont elles veulent ou peuvent gérer leur maladie. Tous les patients atteints de SEP ne réussissent pas à contenir la maladie. Dans certains cas, le stress psychologique peut s’avérer si important qu’il entraîne une résignation, une dépression ou une léthargie.2, 3

Mais il existe aussi des personnes atteintes de sclérose en plaques chez lesquelles le diagnostic est un soulagement. C’est notamment le cas lorsqu’un important intervalle de temps s’écoule entre les premiers symptômes et la pose du diagnostic.4

Que faire lorsque la psyché souffre de la SEP

Lutte contre les facteurs de stress psychique afin de préserver ta psyché. Suis ces conseils pour faire quelque chose pour ta santé:3, 4, 5

  • Permets à tes émotions de s’exprimer.
  • Ne te détourne pas de problèmes et de conflits irrésolus et essaie plutôt de les affronter. Fais-toi aider si tu n’y arrives pas seul(e).
  • Confronte-toi à ta SEP et gère ta maladie de manière ouverte.
  • Consigne tes réflexions dans un journal.
  • Trouve-toi des passe-temps qui te détendent, comme la peinture, la musique, les balades. Les techniques de relaxation comme le training autogène peuvent contribuer à faire le calme dans le tumulte des réflexions et des sentiments.
  • Exerce ta patience, même si cela n’est pas toujours simple.
  • Efforce-toi d’adopter une position par rapport à ta maladie.
  • Fixe-toi des objectifs atteignables. Ne sois pas déçu(e) lorsqu’une chose ne fonctionne pas comme tu l’avais imaginée.
  • Ne te mets sous pression.
  • Évite le stress pour le bien de ta santé.
  • Échange avec d’autres personnes affectées, par exemple au sein d’un groupe d’entraide
  •  Fais-toi aider par des professionnels, en suivant par exemple une psychothérapie.

SEP et dépressions

Les personnes atteintes de SEP sont exposées à un risque de souffrir d’une grave dépression atteignant 50 % et 70 % en ce qui concerne les dépressions moins lourdes.6 Lorsqu’elle survient, elle est souvent difficile à détecter. La dépression est en effet souvent associée à des symptômes typiques de la sclérose en plaques: une forte fatigue, des difficultés de planification du quotidien et à la prise de décisions ainsi que des troubles de la concentration.7

Les dépressions peuvent exercer une grande influence sur la personnalité, le rapport aux autres ainsi que les capacités physiques et la capacité au plaisir.7 Mais il est possible de les traiter. L’objectif consiste alors à réduire le stress psychologique ressenti par le patient et donc à rétablir la joie de vivre et la qualité de vie.6

Fais-toi aider

Les personnes souffrant de dépression refusent souvent de se faire aider, que cela soit par la famille ou des spécialistes. Mais cet accompagnement peut s’avérer décisif. Nous te recommandons donc d’accepter de l’aide au quotidien si tu es affectée par la SEP. Cherche de plus à obtenir un accompagnement psychologique. Des entretiens avec des experts peuvent t’aider à dégager de nouvelles perspectives et d’autres chemins de vie tout en gagnant en clarté.2 Ils adoptent de plus une position neutre et peuvent t’accompagner indépendamment de sensibilités personnelles. Tu es ainsi paré(e) pour relever plus que les défis psychiques.